Inimaginable (le lundi 15 septembre 2014)

Imaginez que demain matin, on entre chez vous (sans s’annoncer) et qu’on vous dise qu’à partir de maintenant, vous n’avez plus aucun contrôle sur votre vie. Imaginez que, pour déterminer votre valeur, on vous fouète jusqu’à ce que vous tombiez de douleur et d’épuisement. Imaginez voir vos enfants se faire battre, voir assassiner parce qu’on ne sera trop quoi faire de ces petits. Imaginez passer de 48 à 72 heures enfermés dans un pièce de 15 X 10 avec 77 autres personnes, enchaîné aux pieds et au cou. Imaginez mourir suffoqué, accroché à quelques courants d’air.

À Zanzibar, jusqu’en 1874, et clandestinement jusqu’en 1907 (1907!), on a traité les zanzibarites de la sorte, en esclaves, quoi! Sur l’île, les portugais, suivis des arabes, se sont trouvés une supériorité quelconque, assez pour juger les habitants, pour les exécuter, pour décider de leur sort. Jusqu’à ce qu’un certain Dr. Livingstone, médecin missionnaire et explorateur, convainque ses compatriotes que c’est inhumain, inimaginable. Pour la plupart d’entre nous, l’esclavage se résume à la télésérie américaine qui nous a fait découvrir son héro, Kunta Kinte (lire Kinté) du romain Racines. À Zanzibar, c’est tout un peuple qui a été touché, qui se souvient, qui se raconte. Plutôt bouleversant comme expérience que de visiter le marché public où les esclaves étaient vendus, de visiter un cachot qui a vu mourir des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. Ça sert aussi à ça les trajets touristiques, à raconter, à sensibiliser…merci Florent !

0460
0463

0462

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *